La lutte contre l'échec

 La lutte contre l’échec en 1er cycle est l’un des défis de nos établissements. Celle-ci passe notamment par une détection précoce des lacunes et difficultés de l’étudiant et/ou par un travail sur la transition lycée/université, ainsi que par des opérations de remédiation.

 

Or, les UNT peuvent être en mesure d’aider à la mise en place de parcours de remédiation, d’aides méthodologiques de travail, voire de tests de positionnement.
Voici deux exemples de scénarios possibles concernant la lutte contre l’échec.

 

 
Scénario 1

 A partir des ressources des UNT ciblant les étudiants de niveau L1 ou inférieur, ce scénario permet d’enrichir les actions et/ou contenus des établissements supérieurs de ressources éducatives libres et simples d’usage :

  • Identifier les lacunes des étudiants dans une discipline
  • Identifier avec l’aide de l’UNT les ressources de son catalogue pouvant correspondre aux besoins de ces étudiants
  • Construire des dispositifs de remise à niveau articulant ces ressources à celles existantes éventuellement dans l’établissement et/ou pouvant être encore à produire    
Scénario 2

 

A partir de tests de positionnement lorsqu’ils existent, voici un scénario relativement économique, peu engageant au niveau de la mobilisation des enseignants, mais marquant une action concrète de la part de l’université (ce scénario peut aisément être approfondi en fonction de la volonté de l’établissement).

  • Mettre en place des tests de positionnement en début de semestre pour identifier les lacunes des étudiants (banque de tests de positionnement)
  • Faire un rendu individuel à chaque étudiant (automatisé…)
  • Pour les étudiants les plus en difficulté, les sensibiliser aux possibilités de réorientation active (BTS, DUT, Formation Professionnelle Accélérée)
  • Pour les autres étudiants, leur préconiser des bonnes pratiques d’organisation du travail étudiant (module de méthodologie)